57748304

La culture ça se partage , comme le deuil pour lequel vous nous avez soutenus avec une grande amitié,  sans frontière ni religion .

Nous n'avons pas participé physiquement aux obsèques d'Amina Zouri , la maman d'Abdelkarim Belkassem. dit Karim .
Décédée le matin dans une clinique de Marrakech , elle a été inhumée  dès l'après-midi à Safi, après la prière à la grande mosquée de sa ville.

Je vais vous parler de ce qui s'est passé dans sa famille, mais il y a des évolutions dans les rituels , dans le port de tenue de deuil, selon les lieux et les circonstances.

57750168

 

L'enterrement musulman doit être effectué dans les 24 h qui suivent le décès. Dès lors, commencent les rites traditionnels et funéraires qui se termineront au 40e jour après l'inhumation

Dès que le décès est survenu, la famille avertit les proches et la communauté. La maison du défunt est alors ouverte aux visites pour les condoléances. 

La toilette purificatrice se fait de manière très minutieuse. Après avoir placé le corps tête vers la Mecque, celui-ci est lavé 3 fois puis essuyé et enveloppé* dans un nombre impair de tissu blanc. Cette toilette doit être faite par des personnes du même sexe que le défunt mais il est autorisé au veuf ou à la veuve de faire la toilette de son conjoint.

* un lien avec des schémas et non des photos

 

Lors d'un décès en milieu médical , le défunt est placé dans un cercueil qui sera plombé à la fermeture par un policier et contrôlé à l'arrivée du corps dans son lieu de sépulture.


Les femmes reçoivent les femmes et restent à domicile. Les hommes reçoivent les hommes, la plupart du temps chez un voisin. La mort a véritablement une dimension communautaire très forte au Maroc. Elle provoque une mobilisation générale autour des endeuillés, visant à les aider pendant les premiers jours en les déchargeant la plupart du temps de tout souci.
Toujours selon la tradition, dans certaines régions, les voisins veillent eux-mêmes à ce que le domicile du défunt soit propre, font la cuisine, reçoivent les visites pour que les proches soient le moins possible dérangés. Ils nettoient de fond en comble l’appartement du défunt dès que le convoi mortuaire part vers le cimetière. Ce sont généralement eux qui préparent le repas de retour du cimetière, principalement du couscous.

tente-caidale-845264z0-000000132

Tente caïdale de réception au domicile. Repas et condoléances

buffet_oriental

Pour transporter le corps du domicile au cimetière, 4 hommes soulèvent la civière sur laquelle est placé le défunt recouvert d’un drap. On fait sortir le défunt la tête la première pendant que les assistants récitent la shahada *sans fin : "Il n’y a de Dieu que Dieu et Muhammad est son prophète". Tous ceux qui croisent le cortège funèbre doivent s’y joindre et l’accompagner jusqu’au cimetière. Une fois arrivé au cimetière, la civière est déposée près de la tombe.

*En milieu hospitalier , lors du décès du malade , le médecin qui l'assiste récite la shahada

En ville, le cercueil est transporté en voiture jusqu'au cimetière .

Dans le rite musulman, la mort est considérée comme un état de passage, et durant une période de 40 jours, l’âme reste dans la tombe.

La crémation, la thanatopraxie et le don d’organes ne sont pas autorisés. 

LA MOSQUEE -AU PLATEAU DE SAFI

Safi

La prière des morts est récitée à la mosquée en présence du cercueil. L'assemblée est prévenu qu'une femme ou un homme repose près d'eux mais le nom n'est pas divulgué .

enterrement-musulman

 Cette prière est très différente des autres puisqu’elle est brève et se récite sans génuflexion ni prosternation. Cette prière comprend 4 tekbir qui sont des glorifications d’Allâh prononcées à haute voix. Après le premier tekbir, on récite la Fatiha (première sourate du Coran). Après le second tekbir, on récite la prière sur le Prophète et après la troisième, celle pour le repos de l’âme du défunt. Le visage du défunt est alors découvert et l’assistance est invitée devant lui après la prière. Deux jeunes gens descendent alors dans la tombe et placent le défunt sur le côté droit, le regard tourné vers la Mecque.

Si le défunt est dans un cercueil , il a été placé dans la même position et descendu dans la fosse creusée au moment de l'enterrement .

 

 

Le deuxième Fark est une cérémonie funèbre qui se tient le 6e jour après l’enterrement, dans l’après-midi, tradionnellement entre les prières du "Dhohr" et du "Moghreb".

Lors de cette cérémonie, pendant que les liseurs psalmodient des sourates du coran, la famille reçoit les condoléances des parents et amis et convie les plus proches à partager un repas très varié à la mémoire du défunt.

Cette cérémonie permet à l’entourage amical, professionnel ou social du défunt, qui sont arrivés trop tard aux deux précédentes occasions funèbres (Enterrement et premier fark) de présenter leurs condoléances aux proches et de témoigner leur sympathie à toutes les personnes affectés par la disparition du défunt.

Le lendemain du 2e Fark, les dames hébergées chez le défunt pour soutenir la famille de ce dernier, peuvent rentrer chez elles après une visite traditionnelle en groupe au cimetière, d’où le terme Fark "La séparation".

Le quarantième jour, on refait une saddaka: les proches et les amis se réunissent de nouveau dans le domicile du défunt, récitent des versets du Coran et font des voeux pour que l’âme du défunt soit bénie, que ses éventuels péchés soit pardonnés et pour que sa famille retrouve la sérénité et le bonheur.
Ce quarantième jour marque la fin du deuil. Le jour de l’enterrement et le 40e jour, un dîner est offert aux gens présents et l’aumône est faite au cimetière.

 

 La communauté se regroupe pour faire face à la mort d’un de ses membres. Tout un arsenal de symboles réconfortants se met en place pour repousser, voire anéantir l’aspect terrifiant et froid de la mort. Par la croyance et le côté sacré, le rite acquiert une fonction hautement apaisante et sécurisante. La mentalité marocaine face à la mort est directement encadrée par l’enseignement religieux. La foi devient donc le soutien naturel du Musulman pour qui tout se résume dans la phrase : "c’est à Dieu que nous appartenons et c’est à Lui que nous retournons".

http://pointsdecerise.canalblog.com/archives/2010/10/15/19259602.html

Gifs du haut et du bas: Tombe d'Hussein, le père de Karim

57748377_p