cornflower-340625_960_720

Il y a des lieux qui inspirent et d'autres qui calment les passions.

Des champs de coquelicots et bleuets comme on n'en voyait plus. J'ai retrouvé l'ambiance que j'aime tant .

 DSCN1892

DSCN1894

DSCN1895

DSCN1896

DSCN1901

 

Sans photo, parce qu'il sont plus rapides que moi, 18 lapins de garenne dont 5 bébés profitaient des berges de la route , laissées  en herbe. Des touterelles des bois, des pies et des corbeaux.

La vallée de l'Eure est magique. Orchidées ? Orchidées !

 ORCHIDEES-3

A Septeuil le foyer rural est animé. Musique d'accueil dehors mais pas dedans, ouf ! Une grande salle, des tables conséquentes. Dès l'accueil, des paniers de douceurs, chocolats en papillottes, bons pour des cafés , un repas et une crêpe.

Beaucoup de bénévoles attentifs pour ce premier salon. Malheureusement il a beaucoup de défauts de jeunesse . Pas de publicité à l'entrée de la ville, des activités réparties en trois lieux (quatre en réalité), le foyer rural, l'hôtel de ville et la place.  

 

DSCN1902

 septe33678075_2012903045705521_5770093089624424448_n

Les visiteurs partagaient des animations extérieures : Atelier Tapis-contes, rencontre-conférence sur l'accompagnement des parents en Ehpad , contes en musique 1, inauguration d'une boite à livres dans la ville, sophro-contes, rencontres avec des auteurs sur des thèmes de maltraitances gynécologiques, contes en musique 2, rencontre avec une auteur souffrant d'une pathologie qui la prive d'élocution et de mobilité et son usage de l'ordinateur à détection oculaire, lectures de contes, remise du prix de la Poésie, tirage de la tombola , concert classique , de 9h45 à 18h ... Les promeneurs fréquentaient-ils ces animations ?  Mystère,  nous n'avons eu aucun retour . Pas plus qu'il n'a été demandé aux écrivains et éditeurs comment se passait ce salon .

Et les auteurs dans tout ça ? Ils se sont ennuyés, ennuyés, ennuyés. A midi, beaucoup voulaient partir. Monsieur Sakura avait vendu un livre à un auteur né au Maroc (!) , les autres n'avaient pas encore fait une dédicace .

Repas, un buffet foid, offert par des mécènes locaux, dans un couloir. On se sert, on se bouscule malgré nous et pas informés on  déjeune à nos tables , près des livres. Certains manquaient , je les croyais partis au café du coin . Non , ils savaient que dans la rue il y avait un barnum avec des tables et des chaises et à côté, une buvette . Je n'ai découvert celle-ci qu'après avoir cherché où se trouvaient les crêpes du dessert, à 15h !  J'avais cru que c'était le marché.

 DSCN1913

DSCN1918

DSCN1915

Pas un chat , pas de public sauf dehors . Monsieur Sakura a vendu quelques livres. D'autres non, rien, même les plus chevronnés .

J'ai passé l'après-midi à lire un roman acheté sur place "Comme disait ma grand-mère et autres souvenirs du Maroc heureux " d'Alain Sanders , Editions L'Etoile du Berger -Atelier Fol'fer. Ce Français né au Maroc est docteur es lettres. Il a un style qui court , qui nous fait joliment partager son enfance à Salé . J'ai passé du bon temps . Heureusement . Lui , lisait "Amina Zouri "

Ambiance morose, quelques échanges, de la lassitude. Il y a déjà eu des salons vides mais l'ambiance était telle qu'on se croyait en vacances entre copains autour d'un barbecue préparé par le maire , lui même .

Nous sommes partis avant l'heure. Tous.

Une découverte, la commanderie de Chanu à Villiers-en-Désoeuvre.  Il faut que je pense à vous en parler.

 Voili voilou .

Violette

   ob_b78ddd_orchis-pyramidal-1