Service-a-the-royal-Musee-des-Beaux-arts-Rouen-4

Un joyau rouennais est de retour en France. Je l'ai admiré au musée des Beaux Arts de Rouen avant son transfert au musée de la Céramique. La faïence  de Rouen est célèbre mais cette fois il s'agit d'un service à thé de 12 pièces* de la Manufacture de Sèvres .
Unique, sur mesure, acheté par le roi Louis-Philippe pour la reine Marie-Amélie en 1837.

*Quatre tasses, quatre soucoupes, une théière, un sucrier, un plateau et un pot à lait.

DSCN2131

Service-a-the-royal-Musee-des-Beaux-arts-Rouen-5

Cathédrale et usine (fumées) sur l'île Lacroix à Rouen

Service-a-the-royal-musee-des-Beaux-arts-Rouen-2_gallery-full

service-a-the-royal-Musee-des-Beaux-arts-Rouen-11

 Service-a-the-royal-Musee-des-Beaux-arts-Rouen-18

Service-a-the-royal-Musee-des-Beaux-arts-Rouen-16

 

DSCN2133

Service-a-the-royal-Musee-des-Beaux-arts-Rouen-9

Service-a-the-royal-Musee-des-Beaux-arts-Rouen-8

860_the

Photo© Radio France - Galerie Aveline

 

DSCN2137

 

La manufacture a choisi le peintre Jean-Baptiste Gabriel Langlacé (1786-1864) pour illustrer le décor paysager régional. Il s'est déplacé dans la région, déjà attrayante pour les romantiques. Il a décidé de ne pas s'inspirer de gravures et a parouru les ruines , les paysages verdoyants et les falaises.
La famille royale dont le prince d'Aumale était très attachée à ces lieux normands. Les enfants royaux avaient eux-mêmes des souvenirs de séjours d'été au château d'Eu.
Il montre aussi la modernité de la région avec ses usines et ses manufactures. La cathédrale de Rouen domine l'ensemble, dont la flèche n'est plus présente, puisqu'elle a brûlé en 1822. On y voit aussi des sites pré-industriels, avec une usine dont la cheminée fume sur l'île Lacroix.
"Ce souci d'intéger ces motifs modernes répond à une sollicitation explicite d'Alexandre Brongniart ( 1770-1847) , directeur de la Manufacture de Sèvres depuis 1800 , soucieux de promouvoir les industries françaises comme en témoignent plusieurs services produits sous sa supervision (par exemple le service des patites vues de France) " indique la notice qui accompagnait l'offre de souscription lancée par les Amis des musées rouenneais en vue d'acquérir ce joyau à la gloire de Rouen . Il est maintenant la propriété de la réunion des Musées Métropolitains . Il a été acquis pour la somme de 375 OOO €.

Ce service d'apparat, qui n'a jamais servi, est dans un parfait état de conservation, car la technique de production de la porcelaine, les cuissons notamment, vitrifie la peinture et empêche son vieillissement .

Violette

DSCN2110