800px-Le_château_des_Tourelles_et_le_Vieux-Moulin_à_Vernon_sur_les_bords_de_la_Seine_(48754381698)

Initialement il se situait à Vernonnet mais il n'a pas déménagé, non ! C'est Vernon (Eure) qui s'est étendu. Vernonnet est devenu un quartier de la ville.

Edifié en 1196 , quand le roi Philippe Auguste voulait lutter contre la prise de pont sur la Seine contre le roi d'Angleterre qui tentait de reconquérir la Normandie. Vernon devint une base militaire.

Le château est formé d'un donjon carré entouré de quatre tourelles à ses angles d'une vingtaine de m de haut.

DSCN8855

Vers la fin de l'année 1759/début de l'année 1760, le château passe des mains de Charles-Louis-Auguste Fouquet, duc de Belle-Isle et de Gisors, à celles de Jean-Baptiste Lemoyne de Bellisle.
Entre 1760 et 1765, Lemoyne de Bellisle mène la restauration du château.
Percement dans la face nord-est de la tour d’une porte d’entrée au rez-de-chaussée et, dans la tourelle nord, d’une autre porte directe à ce niveau ; percement d’une grande fenêtre dans la face nord-est, au-dessus de la porte d’accès ; aménagement de la tourelle sud pour accueillir un escalier en vis monumental; remplacement du couronnement primitif par un nouveau parapet crénelé supportant la charpente et le toit qui n’existait plus depuis le début du XVIIe siècle, au moins.

Plusieurs anciennes archères ont été bouchées voire gommées, grâce à l’utilisation de pierres de même module et de même taille que les anciennes. La majorité des ouvertures non bouchées a été transformée. Les archères conservées ont été pour les unes, élargies et surmontées de fausses archivoltes en bosse inspirées des anciennes, pour les autres, transformées en fenêtres couvertes de linteaux échancrés décorés de larges moulures à angles arrondis.

DSCN8859

DSCN8860

Sous la révolution française, ce château servira de minoterie industrielle. Jean-Michel Planter adapta le bâtiment à cet usage.

C’était le plus gros négociant en farine de France,  qui possédait la plus grande entreprise de meunerie de France et peut-être même d’Europe.
De passage à Vernon en 1785, le négociateur américain Benjamin Franklin note  qu’on y voit "un grand établissement de minoterie où la Marine française trouve des approvisionnements." Le minotier Planter avait l'exclusivité de la fourniture de farine à l’ensemble des colonies françaises d’Amérique, en particulier celle de Saint Domingue, qui, à elle seule, absorbait 50% du commerce extérieur de la France. Il  possédait des moulins et des installations dans le Bassin Parisien, mais ici c'était le siège de l’entreprise.

Il transforme l’enceinte sud en entrepôt à blé en aménageant des étages au-dessus des maçonneries médiévales. La façade sud-ouest et les tourelles attenantes sont repercées pour laisser place à des portes de communication desservant les nouveaux planchers. Des talons de maçonnerie verticaux sont ménagés le long des tourelles sud pour recevoir les murs de colombage de la surélévation. Contrairement à Lemoyne de Bellisle, ces transformations ne font pas dans la délicatesse, ni dans la finesse et dénaturent quelque peu l'harmonie architecturale de l'édifice.

[...]Sous la Révolution, le château sert de prison, puis de caserne de 1841 à 1849.
En 1854, le château est acheté par l'industriel Ogerau qui transforme l'ancienne minoterie en tannerie. Il fait détruire l’entrepôt de la minoterie et aménage des passerelles le long de la tour ouest. C’est de son époque, sans doute, que datent les renforcements de maçonnerie par des poutres métalliques visibles dans la façade sud-ouest.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le château subit des destructions : d'abord, en 1940, des bombardements détruisent la toiture, puis le 6 août 1944, une bombe alliée réduit à néant la tourelle ouest. Celle-ci est reconstruite en deux étapes :

  • 1984 : reconstruction des deux niveaux inférieurs (architecte des Monuments historiques Guy Nicot). Elle a été menée en faisant du "faux ancien", au point de marquer le départ primitif du mur de l'enceinte sud par un arrachement vertical dont on n'avait aucune certitude .
  • 1997 : reconstruction des niveaux supérieurs (architecte des Monuments historiques Bruno Decaris). Elle a été menée sans restituer les ouvertures mais en intercalant entre les pierres de la partie haute de petites ouvertures carrées en plexiglas. Les passerelles de la façade sud-ouest furent enlevées à la suite du bombardement de 1944, laissant béantes des ouvertures tant sur la façade que sur le côté de la tourelle. Ces ouvertures ont été alors occultées provisoirement jusqu'à la campagne de restauration achevée en septembre 2019.[...] in Wikipedia

 

ch11

Photo

ap04

Photo

 18076421_DQ0O9HNHN9tLr2yevHQpQDQRlzspuPdABeGvgWE3kzY

Photo

Plan carré, avec des côtés de 10,50 m. Flanqué, dans ses angles, par 4 tourelles circulaires de 6,3 m de diamètre et de 14 m de hauteur. Les murs de ces tourelles sont épais de 1,10 m à 1,80 m. L'ensemble est bâti en pierres calcaires de Vernon.

DSCN8875

Violette

 

mini-carte-Vernon